Le Centre Frédéric LUNG au Clos Salembier

Centre Frédéric LUNG

Mécène d’une rare générosité Frédéric Lung s’éteignit en 1942. Quelques années plus tard son admirable parc du « Clos Salembier » fut légué à La Croix Rouge par sa veuve.

Située sur les hauteurs d’Alger la pinède de 6 hectares et demi fut aménagée en Centre de vacances par Henriette Lung. Petit Eden dont profitèrent chaque été des centaines d’enfants de quartiers déshérités, acheminés par sept autobus de la R.S.T.A.

Le Centre fut inauguré en mai 1950 par le Gouverneur Général, guidé par Madame et Mademoiselle Lung. Edmond Naegelen put découvrir les équipements : stade, deux grandes piscines entourées de parterres gazonnés, aires de jeux, cantines que fréquentaient également les écoliers de Diar es Saada et Diar el Mahçoul, les deux immenses cités voisines.

Le Gouverneur général NAEGELEN au centre avec Mme Henriette LUNG. A l'extrême gauche, M. GAZAGNE, maire d'Alger.

Le Centre fonctionnait quotidiennement pendant les vacances estivales et tous les jeudis et jours fériés.

Il recevait quotidiennement 600 enfants répartis par camps de 120 ayant chacun leur couleur. Un moniteur, avec 12 adjoints, était affecté à chaque camp. On enregistra 32.308 journées d’enfants dès la première année et 57.027 en 1957.

Dans le parc ombragé une école maternelle fut créée par la Croix Rouge, dirigée par deux institutrices de l’Académie d’ALGER. Elle fut complétée par un jardin d’enfants pour les « 2-5 ans ».

Subventionnée par la municipalité, une école de natation aux leçons gratuites, délivra des milliers de brevets jusqu’en 1961. Un club fut créé, 415 membres en 1957, pour subvenir aux frais d’entretien tout en maintenant la gratuité des piscines aux enfants du Centre. Les Lycées et les associations sportives bénéficièrent d’entrées à tarifs réduits (9524 en 1957). Le Centre de formation horlogère, qui fut créé dans l’enceinte du Centre en 1953, était le plus moderne de France. Cette magnifique réalisation eut pour la diriger l’ingénieur Baumann assisté de douze maître-horlogers. Le bâtiment abritant laboratoire, ateliers et bureaux recevait 44 stagiaires (en 1957). Bénéficiant d’une formation gratuite ils percevaient une mensualité de 13000 francs. La Croix Rouge avait tenu à ce que 30% des effectifs soient réservés à des handicapés européens ou musulmans. Un certificat d’horloger-réparateur était obtenu au terme des 3 ans d’études. Quantité d’appareils de haute précision, très rares en Algérie, permettaient aux maîtres d’initier leurs élèves aux techniques de pointe de l’horlogerie, aussi bien mécanique, qu’électrique et électronique. La première horloge à quartz construite en Algérie fut réalisée en 1957 au Centre Frédéric Lung.

En 1958 un centre d’accueil de 15 chambres et une école d’infirmières et d’assistantes sociales vinrent compléter les installations du Centre, fleuron de la Croix Rouge française en Algérie.

Mémoire Vive n°34-35

La cantine en plein air

Le toboggan de la Grande piscine en mai 1957

Centre de formation horlogère

Les laboratoires du Centre de formation horlogère

Les travaux de la Grande Piscine en décembre 1951

La petite piscine

Rassemblement en 1953

L'école en octobre 1953

Les jeux dans le parc